See this page in english

Endophytes de plantes

Équipe GenetSYM / Pascal Ratet

 

Dans les champs, les nodosités des légumineuses n'abritent pas seulement des rhizobia mais aussi d’autres bactéries endophytes non rhizobiennes. Dans certaines plantes, il y a plus d'endophytes non rhizobiens dans les nodosités que de rhizobia et il existe une certaine spécificité du microbiome nodulaire. Cela suggère un choix par la plante des bactéries hébergées et/ou une compatibilité avec le partenaire rhizobien. Nous aimerions comprendre le rôle que la signalisation et l'immunité des facteurs Nod jouent dans la reconnaissance de ces endophytes non rhizobiens. Pour cette étude, nous avons commencé à isoler des bactéries à partir de nodosités de Medicago formés en présence de sol non stérile.

Les légumineuses sont bénéfiques pour l'agriculture durable principalement parce qu'elles ne nécessitent pas l’apport d'engrais azoté coûteux et polluant pour leur croissance. D'autres grandes cultures comme le blé, l'orge, le maïs nécessitent l'ajout de ces engrais pour leur croissance. Nous aimerions savoir si ces cultures sont capables d'interagir avec les micro-organismes fixant l'azote. Les endophytes fixateurs de diazote (N2) sont par exemple présents dans la canne à sucre. Nous avons isolé des endophytes racinaires capables de fixer l'azote in vitro à partir de blé en culture biologique (ici, des plantes de plein champ cultivées sans engrais de synthèse). Plusieurs bactéries ont été isolées et le génome de l'une d'elles a été séquencé (données non publiées). Des expériences préliminaires indiquent une association étroite de l'une de ces souches avec les racines de blé. D'autres expériences montreront si cette bactérie peut se comporter comme un endophyte.