Endophytes de céréales : biostimulation et biocontrôle

Equipe SYMUNITY / Pascal Ratet

 

Les céréales à paille (blés tendre et dur, orge, …) sont des espèces végétales importantes sur le plan agronomique. Comme toutes les cultures végétales, elles sont soumises à des agressions d’origine abiotique ou biotique. Pour s'adapter à ces différents stress, les céréales mettent en place des mécanismes de défense et/ou d'adaptation. Elles peuvent également s'associer à des microorganismes bénéfiques leur permettant de mieux croître (biostimulation) et/ou se défendre contre les agents pathogènes (biocontrôle).

Notre équipe utilise principalement deux espèces de céréales : le blé tendre (Triticum aestivum) et Brachypodium distachyon, et étudie l'impact de microorganismes bénéfiques du sol sur leur croissance et la protection contre les maladies.

 

Interactions céréales / bactéries diazotrophes

Les grandes cultures comme le blé, l'orge, le maïs nécessitent l'ajout d'engrais chimiques pour leur croissance. Nous aimerions savoir si ces cultures sont capables d'interagir avec des micro-organismes fixant l'azote atmosphérique. Les endophytes fixateurs de diazote (N2) sont par exemple présents dans la canne à sucre. Nous avons isolé des endophytes racinaires capables de fixer l'azote in vitro à partir de blé en culture biologique (plantes de plein champ cultivées sans engrais de synthèse). Plusieurs bactéries ont été isolées et le génome de l'une d'elles a été séquencé (données non publiées). Des expériences préliminaires indiquent une association étroite de l'une de ces souches avec les racines de blé. D'autres expériences montreront si cette bactérie peut se comporter comme un endophyte et/ou favoriser la croissance du blé ou de Brachypodium.

 

Trichoderma sp. : agent de biocontrôle, de biostimulation ou les deux ?

Un second volet étudie l'impact de l'interaction avec le champignon Trichoderma sp. sur : (1) la stimulation de la croissance de la plante et (2) la protection à l'encontre de la rouille du blé. Ce projet dans le cadre d’une cotutelle de thèse avec le Liban permettra de mieux comprendre les mécanismes mis en œuvre et leur(s) potentielle(s) interaction(s).